Aller à la barre d’outils

La revue cinéphile de rentrée par Clément Simon

La fin des beaux jours, accompagnée de la reprise des cours, peut donner l’envie de chercher un nouvel horizon. Du cinéma aux ressorties DVD, l’actualité filmique repart de plus belle après un été majoritairement dominé par les blockbusters américains. Devant la multitude des propositions, un choix s’impose. Plutôt que de s’épandre sur les affrontements entre les exploitants et Netflix ou sur la mort du cinéma, il vaut mieux se tourner vers les propositions conjointes des éditeurs et des distributeurs en ce début de rentrée scolaire.

Une comédie populaire : “I Feel Good”

Le 26 septembre sort I Feel Good, nouvel opus du duo grolandais. L’argument de départ est simple : Jacques (Jean Dujardin) veut devenir riche. Pour ce faire, il va demander de l’aide à sa sœur, directrice d’un centre Emmaüs. Après des films inégaux (Le Grand soir, Saint-Amour), les deux cinéastes semblent enfin trouver le bon ton.

Véritable hommage à la comédie italienne, I Feel Good oscille constamment entre le rire et la critique sociale. Intégrer Jean Dujardin dans cet univers, c’est faire se rencontrer deux familles de cinéma qui échangent peu, prouvant que la comédie populaire n’est pas confinée à la médiocrité (cela dit, Alad’2 sort au même moment).

“Le Jeu”, la comédie-thriller du Rennais Fred Cavayé

Le 17 octobre, le nouveau film du rennais Fred Cavayé sort sur les écrans. S’éloignant depuis deux films du cinéma d’action, le cinéaste revient avec une comédie aux allures de thriller. Le temps d’un dîner, plusieurs couples d’amis décident de déposer leur téléphone au milieu de la table et de partager avec tous les autres les appels et textos reçus. Les premiers textos provoquent le rire des convives mais le ton change au moment où les échanges dévoilent des tromperies, des relations cachées.

Fred Cavayé est un réalisateur intéressant dans le paysage cinématographique français. Il a connu un succès colossal avec Pour Elle, où Vincent Lindon tentait tout pour faire évader sa femme de prison. Promis à une carrière internationale, il refuse plusieurs projets hollywoodiens pour continuer à tourner en France. Contrairement à d’autres cinéastes aux parcours similaires, comme Jean-François Richet, Fred Cavayé semble réussir sa mue.

Dans Le Jeu, il met en lumière les hypocrisies humaines et les questions liées à l’intimité, renforcées par la puissance des portables.

The Best of American Movies… ambiance 70’s

En parallèle des sorties au cinéma émerge une ressortie en coffret d’un des plus beaux films américains des années 1970. The Last Picture Show (La Dernière séance) est un film réalisé par Peter Bogdanovich et, par le travail de l’éditeur Carlotta, retrouve la lumière qui lui était destiné.

Dans une petite ville du Texas des années 1950, deux adolescents vont expérimenter les troubles inhérents à leur âge. Critique de cinéma majeur, Peter Bogdanovich truffe son film de références à l’histoire du 7ème art. Il décrit une Amérique mélancolique, perdue entre une nostalgie des premiers temps et une crainte du futur, menacé par la guerre. Pour la première fois au cinéma apparaît Jeff Bridges, le héros décadent de The Big Lebowsky des frères Coen. Cette ressortie est l’occasion de se plonger dans le cinéma américain des années 1970.

Il y a largement de quoi s’occuper pour toute l’année à venir, laissant du temps à celui qui écrit ses lignes de vous préparer un article pour la rentrée 2019.